Stratégies de prévention et répercussions cliniques de l'ostéonécrose de la mâchoire associée aux bisphosphonates : une étude de 282 patients

November 18, 2011

SOMMAIRE

Objectif : Décrire et évaluer l'efficacité de stratégies préventives de santé buccodentaire auprès de patients cancéreux sur le point de commencer un traitement par voie intraveineuse comportant un bisphosphonate, à savoir le zoledronate.

Méthodologie : Les patients ont été répartis dans 2 groupes, selon leur exposition à des bisphosphonates : le groupe AP (approche préventive) et le groupe OB (observation). Les patients du groupe AP n'avaient jamais été traités avec un bisphosphonate, tandis que ceux du groupe OB y avaient déjà été exposés. On a fait un examen buccodentaire complet ainsi qu'une radiographie panoramique de chaque patient. Au besoin, on a offert aux patients des soins d'hygiène buccale et un traitement de restauration et de réhabilitation. Tous les patients ont subi un examen dentaire tous les 6 mois. Le groupe AP a subi les chirurgies buccodentaires dont il avait besoin.

Résultats : En tout, 282 patients (162 femmes et 120 hommes) ont été inclus dans l'analyse (AP  : = 217; OB : = 65). Dans le groupe OB, 4,6 % des patients présentaient une ostéonécrose de la mâchoire (ONM) au premier examen et 10,8 % en ont développé une durant les 18 mois de la période de suivi. Aucun patient du groupe AP n'a eu d'ONM. On a associé une thérapie angiogénique à l'ONM (< 0,01). Les patients ayant un nombre supérieur de perfusions de zoledronate étaient considérablement plus susceptibles de développer une ONM (< 0,01).

Conclusion : Bien que l'ONM associée aux bisphosphonates ait une incidence relativement faible, elle demeure tout de même une complication douloureuse et difficile à traiter. Il est essentiel d'avoir une approche préventive interdisciplinaire pour prévenir et prendre en charge cet état.


Pour lire l'article complet (disponible en anglais seulement)

Add new comment