Programme d’incitatifs financiers pour recruter des dentistes à Terre-Neuve-et-Labrador

January 28, 2014

La profession est continuellement à la recherche de moyens efficaces pour attirer des dentistes dans les collectivités rurales1. À Terre-Neuve-et-Labrador, les régions rurales (comptant moins de 10 000 habitants) accueillent plus de 40 % de la population2, mais un pourcentage bien inférieur des 185 dentistes en exercice dans la province3. Même si des incitatifs financiers sont offerts aux professionnels de la santé depuis des décennies pour les encourager à travailler dans les régions rurales ou mal desservies, les travaux de recherche au Canada ont surtout porté sur les médecins et peu sur les programmes ayant ciblé les dentistes.

En 2008, Terre-Neuve-et-Labrador a lancé un programme de bourses en faveur des dentistes et des dentistes spécialisés pour les inciter à pratiquer leur profession dans la province. Pour en bénéficier, il faut être citoyen canadien et être admis dans un programme de formation reconnu par le Bureau dentaire de Terre-Neuve-et-Labrador. Le programme offre 25 000 $ par année aux dentistes pendant au plus trois ans. En contrepartie, les boursiers doivent s’engager à travailler dans un milieu rural ou mal desservi de la province pendant un an pour chaque année de financement reçu. Si un dentiste n’est pas en mesure de répondre à ces exigences, il devra rembourser avec intérêt le montant reçu, au prorata des années de service assurées.

Entre 2008 et 2012, 29 dentistes ont été boursiers. En nous fondant sur les données administratives du programme, nous avons examiné les 12 d’entre eux qui ont mené à terme leur engagement auprès du programme (c.-à-d. qui ont terminé leur formation et répondu aux exigences imposées par leur bourse). Dix d’entre eux ont reçu une bourse pour travailler en milieu rural et deux pour exercer leur spécialité. Dix ont obtenu leur diplôme de l’Université Dalhousie et deux d’une autre université canadienne. Huit ont bénéficié de deux années de financement moyennant deux années de service dans la province, tandis que quatre autres ont reçu une année de financement moyennant une année de service. Onze (91,7 %) des 12 dentistes ont assuré toutes leurs années de service, tandis qu’un dentiste a assuré une partie de ses années de service et a remboursé le reste du financement reçu. En d’autres termes, les 12 dentistes ont respecté les modalités de leur contrat.

Même si nous ne disposons que des données préliminaires d’une seule province, il semble que les bourses offertes en contrepartie d’une entente de service constituent un moyen prometteur de résoudre la pénurie de dentistes en milieu rural ou mal desservi. Il faut toutefois approfondir la recherche pour évaluer l’incidence du programme de bourses sur la rétention et la répartition géographique des dentistes dans la province.

Maria Mathews, Ph. D.

Dana Ryan, M.A.

Faculté de médecine, Université Memorial

St. John’s (Terre-Neuve)

Références

  1. Smith RG. Combler l’écart entre les régions rurales et urbaines. J Can Dent Assoc. 2010;73:a97_f.
  2. Statistique Canada. Population urbaine et rurale, par province et territoire (Terre-Neuve-et-Labrador) [consulté le 2013 Nov 4]. Disponible au : www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/demo62b-fra.htm.
  3. Association dentaire canadienne. Dentistes autorisés à exercer au Canada en 2013, par province [consulté le 2013 Dec 18]. Disponible au : http://www.cda-adc.ca/fr/services/fact_sheets/dentistincanada.asp.

Add new comment