Élévation du plancher du sinus maxillaire : comparaison entre des bioimplants à base de protéines morphogénétiques osseuses et d'os autogène dans un modèle de lapin

October 21, 2010

SOMMAIRE

Objectif : Évaluer l'efficacité de divers bioimplants utilisés pour l'élévation du plancher du sinus maxillaire dans un modèle de lapin.

Matériel et méthodologie : De l'os a été prélevé de la crête iliaque postérieure de 40 lapins néo-zélandais blancs adultes, en vue d'une élévation bilatérale du plancher du sinus maxillaire au moyen d'os autogène et d'autres matériaux. L'un des matériaux suivants a été greffé au sinus maxillaire de chaque lapin : os autogène particulaire; matrice osseuse déminéralisée (demineralized bone matrix, DBM); DBM combinée à des protéines morphogénétiques osseuses (bone morphogenetic protein, BMP) purifiées (bioimplants BMP–DBM) et bioimplants constitués d'un gel de poloxamère combiné à des BMP en 2 doses différentes. Les animaux ont été abattus après 2 ou 8 semaines. Un examen histologique a été fait pour évaluer la guérison biologique des divers échantillons et la formation osseuse a été évaluée et quantifiée par histomorphométrie.

Résultats : Après 2 semaines, les bioimplants à base de BMP avaient produit plus de nouveaux tissus osseux que tout autre matériau. Les greffes d'os autogène particulaire ont généré au départ (après 2 semaines) une formation osseuse moindre, mais la quantité d'os produite par ces greffons a augmenté progressivement pour atteindre à 8 semaines un niveau comparable à celui obtenu avec les bioimplants avec BMP. Enfin, dans les groupes où le gel de poloxamère a été utilisé comme vecteur des BMP et ceux où les BMP ont été utilisées en association avec une DBM, la formation osseuse après 8 semaines a été comparable à celle obtenue avec l'os autogène.

Conclusion : L'utilisation du modèle de sinus maxillaire du lapin nous a permis d'évaluer de nombreux types de bioimplants qui pourraient convenir à une reconstruction péri-implantaire du maxillaire. Les bioimplants avec BMP se sont révélés des produits prometteurs pour remplacer les greffes d'os autogène durant les procédures d'augmentation du sinus. Ces bioimplants ont favorisé une production osseuse initiale plus rapide que tous les autres matériaux, y compris l'os autogène, et ils pourraient permettre à l'avenir une mise en place plus précoce d'implants dentaires dans les cas d'élévation du plancher des sinus maxillaires.


Pour lire l'article complet (disponible en anglais seulement)

Add new comment