Particularités radiologiques inhabituelles chez un patient de 20 ans dont les incisives latérales supérieures permanentes étaient manquantes

November 24, 2010

Un homme de 20 ans nous a consulté pour une enflure et une douleur dans la région de l'incisive latérale supérieure droite. L'examen intra-buccal a révélé que les incisives latérales supérieures permanentes n'avaient pas fait éruption et que les incisives latérales supérieures primaires étaient toujours présentes. La couronne de l'incisive latérale droite, de forme conique et plus foncée que les dents adjacentes, présentait une fissure et une carie dans sa partie centrale (ill. 1).

L'évaluation radiologique a confirmé que les incisives latérales supérieures permanentes étaient absentes et que l'incisive latérale supérieure droite primaire présentait des particularités radiologiques inhabituelles – une structure qui s'étendait vers l'apex et qui était entourée d'une zone de radioclarté périapicale (ill. 2).


Ill. 1 : Présence de zones foncées et carieuses sur l'incisive latérale supérieure droite primaire.


Ill. 2 : Radiographie périapicale de l'incisive latérale supérieure primaire montrant une structure entourée d'une radioclarté périapicale et s'étendant vers l'apex.


De quelle affection s'agit-il?

Discussion

Un diagnostic d'invagination de type III de l'incisive latérale droite supérieure a été posé, conformément à la classification d'Oehlers1.

Après consultation des départements d'endodontie et de prosthodontie, il a été déterminé que la dent ne pouvait être restaurée et qu'un implant dentaire serait mis en place après l'extraction. Pour éviter une perte osseuse excessive, la dent a été séparée avant d'être extraite. Après l'extraction, un curetage complet de l'alvéole a été pratiqué.

L'invagination est une rare malformation des dents qui résulte probablement de l'involution de la papille dentaire durant le développement de la dent2. La fréquence de cette anomalie varie de 0,04 % à 10 %3. Oehlers1 a établi une classification, basée sur l'examen radiographique, qui répartit l'invagination dentaire en 3 types, selon le degré d'invagination à partir de la couronne et s'étendant vers la racine en direction apicale.

Le type I consiste en une invagination mineure bordée d'émail, qui ne dépasse pas la jonction amélo-cémentaire. Le type II est une forme bordée d'émail qui envahit la racine et se termine en cul-de-sac. Le type III se caractérise par une extension de l'invagination bordée d'émail à travers la racine et la formation d'un autre foramen apical ou latéral.

Bien que la littérature fasse mention de quelques cas de dents invaginées primaires4,5, nous n'avons recensé aucun cas d'invagination de type III des dents primaires.

Diverses techniques ont été proposées pour le traitement de l'invagination de type III, notamment le traitement de restauration conservateur, le traitement de canal non chirurgical, la chirurgie endodontique, la réimplantation intentionnelle et l'extraction6. Compte tenu de l'anatomie de la dent et du processus anormal de dentition, nous avons décidé d'extraire la dent par voie chirurgicale.

Nous croyons que l'invagination de dents primaires devrait, dans la mesure du possible, faire l'objet d'un examen rigoureux et d'un traitement rapide, car tout retard dans l'intervention pourrait entraîner des complications, notamment des infections périapicales ou l'inconfort du patient.

LES AUTEURS

Le Dr Okcu est professeur adjoint au département de chirurgie buccale et maxillofaciale, Académie médicale militaire de Gülhane, Ankara, Turquie.

Le Dr. Erdemci est un étudiant de troisième cycle au département de chirurgie buccale et maxillofaciale, Académie médicale militaire de Gülhane, Ankara, Turquie.

Le Dr Gulses est un étudiant de troisième cycle au département de chirurgie buccale et maxillofaciale, Académie médicale militaire de Gülhane, Ankara, Turquie.

Le Dr Sencimen est professeur adjoint au département de chirurgie buccale et maxillofaciale, Académie médicale militaire de Gülhane, Ankara, Turquie.

Remerciements: Les auteurs aimeraient remercier le Dr Gunhan, professeur au département de pathologie à l'Académie médicale militaire de Gülhane pour son aide avec ce manuscrit.

Écrire au : Dr Aydin Gulses, Académie médicale militaire de Gülhane, Département de chirurgie buccale et maxillofaciale, General Tevfik Sağlam Cad. 06018, Etlik , Ankara, Turquie. Courriel : aydingulses@gmail.com

Les auteurs n'ont aucun intérêt financier déclaré.

Cet article a été revu par des pairs.

Références

  1. Oehlers FA. Dens invaginatus (dilated composite odontome). I. Variations of the invagination process and associated anterior crown forms. Oral Surg Oral Med Oral Pathol. 1957;10(11):1204-18.
  2. Hulsmann M. Dens invaginatus: aetiology, classification, prevalence, diagnosis and treatment considerations. Int Endod J. 1997;30(2):79-90.
  3. Jung M. Endodontic treatment of dens invaginatus type III with three root canals and open apical foramen. Int Endod J. 2004;37(3):205-13.
  4. Rabinowitch BZ. Dens in dente: primary tooth; report of a case. Oral Surg Oral Med Oral Pathol. 1952;5(12):1312-4.
  5. Holan G. Dens invaginatus in a primary canine: a case report. Int J Paediatr Dent. 1998;8(1):61-4.
  6. Kusgoz A, Yildirim T, Kayipmaz S, Saricaoglu S. Nonsurgical endodontic treatment of Type III dens invaginatus in maxillary canine: an 18-month follow-up. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol Endod. 2009;107(3):e103-6. Epub 2009 Jan 25.

Add new comment