Modèles d’une pratique interprofessionnelle : collaboration originale entre les soins infirmiers et la dentisterie

April 30, 2010

Pleins feux sur la surveillance
En janvier 2008, la Faculté de médecine dentaire de l'Université du Manitoba a inauguré son Centre international de santé buccodentaire-santé systémique. Le Centre est fier de s'associer au JADC pour présenter des résumés des plus récents articles et des plus récentes découvertes dans le domaine de la santé buccodentaire et santé systémique qui pourraient avoir une incidence sur l'exercice de la dentisterie moderne.

J'ai déjà souligné l'importance, en santé interprofessionnelle, de l'éducation et de la pratique relativement à la santé buccodentaire-santé systémique et aux récentes directives touchant la cogestion des patients1-3. Pour les professionnels de la
santé en médecine et en soins infirmiers, il deviendra de plus en plus fréquent de collaborer avec l'équipe dentaire dans le
dépistage multidirectionnel et les réseaux d'orientation, afin de renforcer de part et d'autre la promotion de la santé et les
messages reliés au mieux-être, d'élaborer conjointement des plans de traitement et de cogérer intégralement les patients.

Dans ce contexte, il est important de faire connaître de nouveaux modèles pour le soin des patients et de diffuser des
informations ayant trait à l'efficacité et à la portée de ces résultats sur la santé du patient en général. À l'Université de New
York (NYU), où la Faculté des soins infirmiers et le Collège de la médecine dentaire ont été fusionnés, une méthode innovatrice
de pratique en collaboration a été établie afin de favoriser la santé buccodentaire-santé systémique. Cette méthode est
fondée sur le principe que les infirmières et infirmiers peuvent améliorer l'accès aux soins buccodentaires, intensifier la promotion
de la santé buccodentaire et accroître la prévention des maladies en travaillant en étroite collaboration avec l'équipe
dentaire dès la première rencontre avec les patients4.

La clinique de la Faculté des soins infirmiers de la NYU est situé sur les lieux, dispense des soins primaires et fonctionne
comme un grand centre de diagnostic et de traitement. Un mécanisme réciproque d'orientation et de consultation a été mis
en place pour la clinique dentaire et la clinique des soins infirmiers de manière à ce que les soins de santé buccodentaire-santé
systémique puissent être administrés ensemble en un même lieu. L'idée maîtresse est de faire comprendre que la santé
buccodentaire fait intégralement partie de la santé générale. Infirmières et infirmiers ont l'occasion d'examiner les patients
pour voir s'ils ont des problèmes buccodentaires comme des caries, la maladie des gencives et diverses lésions, alors que les
dentistes peuvent les examiner pour des troubles systémiques majeurs très prévalents comme le diabète et la maladie du
coeur. Dans le cas de la maladie des gencives, elle peut être cogérée avec divers autres états pathologiques comme l'arthrite,
l'ostéoporose et les issues défavorables de la grossesse.

Au cours des 18 premiers mois de la mise en application de ce modèle, la clinique des soins infirmiers a enregistré
510 visites de nouveaux patients. Sur ce nombre, 220 (43 %) étaient des patients adressés par des enseignants ou des
étudiants en médecine dentaire pour des services de promotion de la santé générale, pour le diagnostic et la gestion de
problèmes de santé systémiques, ou pour des consultations médicales avant une procédure dentaire. De même, de nombreux
patients venus pour obtenir des soins primaires à la clinique des soins infirmiers ont ensuite été adressés à la clinique dentaire
pour un examen et une évaluation buccodentaires.

Les infirmières et infirmiers ont fait un travail considérable pour familiariser les enseignants, les étudiants et le personnel
de la clinique dentaire avec leur profession, leur rôle et leur champ de pratique. Ils enseignent maintenant aux étudiants
en médecine dentaire de la 2e année comment mesurer la tension artérielle. Un projet de consultation au cabinet avec les
étudiants en médecine dentaire des 3e et 4e années a été conçu afin de les sensibiliser aux profils des patients à risque élevé et
à la nécessité de recevoir des soins primaires et d'être adressés à des spécialistes. Cette collaboration a permis aux infirmières
et infirmiers d'offrir aux patients de la clinique dentaire des présentations sur des modes de vie sains. La perception des
patients au sujet de l'importance d'obtenir des soins dentaires en plus des soins primaires a aussi été sensiblement changée.

Les enseignants et les étudiants en médecine dentaire ont rendu la pareille en offrant aux infirmières et infirmiers des
instructions de base touchant l'examen général de la santé buccodentaire et l'importance de la santé buccodentaire pour la
santé et le mieux-être généraux. Les infirmières et infirmiers sont en mesure de déceler les caries évidentes, les signes de
la maladie des gencives et une mauvaise hygiène buccodentaire, et de donner aux patients des conseils au sujet des liens
potentiels entre une mauvaise hygiène buccodentaire et des maladies inflammatoires chroniques et des pathologies comme
le diabète, la maladie cardiovasculaire, l'arthrite et les issues défavorables de la grossesse. Les patients ont très bien accepté
d'être renvoyés à un dentiste et ils étaient tout disposés à ajouter à leur régime d'assurance-maladie global une disposition
comprenant des examens et des traitements buccodentaires.

Pendant que les patients continueront à être gérés en collaboration dans les cliniques de la NYU, il sera intéressant
d'évaluer les données des résultats pour la santé que ce nouveau modèle de soins produira. Si la santé générale des patients
s'en trouve améliorée, nous pourrions bientôt le voir se répandre dans les professions des soins infirmiers et de la médecine.
Cela signifierait de grands changements non seulement dans la façon dont la dentisterie est exercée, mais aussi dans la façon
dont le système des soins de santé en général fonctionne. Et cela, personne parmi nous n'aurait pu l'imaginer il y a simplement
quelques années lorsque les connaissances touchant la santé buccodentaire–santé systémique ont commencé à avoir
un poids plus grand dans les débats sur la santé publique.

Le Dr Iacopino est doyen, professeur de dentisterie restauratrice et directeur du Centre international de santé buccodentaire-santé systémique à la Faculté de médecine dentaire de l'Université du Manitoba, à Winnipeg (Manitoba). Courriel : iacopino@cc.umanitoba.ca.

Les opinions exprimées sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement les vues et politiques officielles de l'Association dentaire canadienne.

Références

  1. Iacopino AM. Exercer la médecine buccale-systémique : La nécessité des programmes de formation interprofessionnelle. J Can Dent Assoc.
    2008;74(10):866-7.
  2. Iacopino AM. Nouveau paradigme «syndémique» pour la prise en charge interprofessionnelle des maladies inflammatoires chroniques. J Can
    Dent Assoc. 2009;75(9):632-3.
  3. Iacopino AM. Nouvelles directives sur la prise en charge de l'inflammation systémique par les dentistes et les médecins. J Can Dent Assoc. 2009;75(8):564-5.
  4. Haber J, Strasser S, Lloyd M, Dorsen C, Knapp R, Auerhahn C, et al. The oral-systemic connection in primary care. Nurse Pract. 2009;
    34(3):43-8.

Add new comment