Une place pour la santé buccodentaire dans la gestion du diabète

April 20, 2010

La profession dentaire soutient depuis longtemps
qu’une bonne santé buccodentaire
est essentielle pour la santé générale, une
notion qui est renforcée par les données de plus
en plus nombreuses liant la santé buccodentaire
à la santé systémique. Pendant de nombreuses
années, le lien entre la maladie parodontale et
le diabète a été le point central de ce sujet. Selon
Löe, la maladie parodontale constitue la sixième
complication du diabète1. Or, la reconnaissance
de l’importance de la santé buccodentaire dans la
gestion du diabète est passée dans une large mesure
inaperçue pour les fournisseurs de soins aux
diabétiques. Les fournisseurs de soins primaires
s’appliquent avant tout à diagnostiquer le diabète,
à contrôler le taux de glycémie et à faire des
tests pour toutes les complications du diabète,
sauf la maladie parodontale. Les fournisseurs de
soins buccodentaires sont généralement absents
de l’équipe qui gère le diabète, et les diabétiques
ignorent pour la plupart l’importance de
conserver une bonne santé buccodentaire dans
le régime de vie qu’ils adoptent pour gérer leur
diabète.

Depuis quelques années, la Fédération internationale
du diabète (FID) a pris des mesures
pour que la santé buccodentaire fasse partie de
la gestion du diabète. En mai 2008, le Groupe
de travail sur les lignes directrices cliniques
de la FID et le Groupe de travail sur la santé
buccodentaire FID–FDI (Fédération dentaire
internationale) ont tenu des sessions en vue de
préparer à l’intention des fournisseurs de soins
aux diabétiques un document offrant des lignes
directrices en matière de santé buccodentaire.
Suivant les conclusions tirées à cette occasion,
il y a suffisamment de données pour justifier
l’élaboration de lignes directrices en matière
de santé buccodentaire en fonction du lien qui
existe entre la maladie parodontale et le diabète.
Ce lien repose sur le principe pathophysiologique
suivant lequel une maladie infectieuse et
inflammatoire telle la parodontite peut avoir
des effets nocifs prononcés sur les diabétiques
parce que leurs processus d’immunisation et
de régénération sont modifiés. Les membres du
comité ont cependant affirmé que les données
de recherche touchant le lien entre la maladie
parodontale et le diabète variaient2-6 et ils ont
souligné qu’il fallait plus d’études épidémiologiques
pour examiner les effets de la maladie
parodontale et son traitement sur le contrôle du
taux de glycémie et sur d’autres complications
du diabète. Les coûts de santé attribués à la maladie
parodontale et leur impact sur la gestion
du diabète sont en grande partie indéterminés
et exigeront également d’autres études pour corriger
cette lacune.

En octobre 2009, la FID a lancé ses lignes
directrices Oral Health for People with Diabetes7
au Congrès mondial du diabète. Les recommandations
appuient sur ce point : une fois par
année, les fournisseurs de soins aux diabétiques
devraient demander à leurs patients s’ils reçoivent
des soins buccodentaires professionnels
et leur expliquer que des soins buccodentaires à la maison font normalement partie de l’autogestion du
diabète. Les fournisseurs de soins aux diabétiques devraient
également demander à leurs patients s’ils ont des symptômes
de la maladie parodontale et les renseigner sur les répercussions
de cette maladie sur le traitement du diabète. Ces
lignes directrices ont un double but, à savoir non seulement
faire des recommandations aux fournisseurs de soins, mais
également refléter un appel à l’action afin de recueillir des
données épidémiologiques plus probantes pour démontrer
le lien entre la santé buccodentaire et le diabète. Cet appel
à l’action s’inscrit dans le cadre du programme BRIDGES
(Bringing Research in Diabetes to Global Environments and
Systems), un programme de la FID qui appuie actuellement
11 projets de recherche translationnelle dans le monde. Le
programme BRIDGES (www.idfbridges.org) pourrait être
pour les chercheurs une occasion de renforcer le lien entre la
santé buccodentaire et le diabète.

La FID a également participé au développement d’une
ressource Web sur le diabète et la santé buccodentaire (www.idf.org/diabetes-and-oral-health). Cette ressource présente,
dans un format convivial, de l’information expliquant le
lien entre la santé buccodentaire et le diabète à l’intention
des professionnels, du public, des médias et des éducateurs
en matière de diabète. La FID aide à faire connaître les ressources
existantes offertes par l’Organisation mondiale de la
santé (OMS) et le Programme national d’éducation à l’égard
du diabète (PNED) et s’efforcera de créer des ressources
additionnelles là où l’information fait défaut. Le Groupe
de travail sur la pharmacie, la podologie, l’optométrie et les
professionnels dentaires du PNED a préparé à l’intention de
ces groupes professionnels un guide d’introduction8 portant
sur les soins interdisciplinaires administrés par des cliniciens
qui traitent des diabétiques. Cette ressource est offerte
à www.YourDiabetesInfo.org.

Encadré 1 Éléments clés pour réussir l'intégration de la santé buccodentaire dans la gestion du diabète
  • Éducation : Créer dans les programmes d’études
    des ressources à l’intention des fournisseurs de soins
    aux diabétiques et des fournisseurs de soins buccodentaires,
    ainsi que des expériences d’apprentissage
    interprofessionnel afin de favoriser une approche
    interdisciplinaire pour traiter le diabète. Créer des
    ressources éducatives à l’intention des diabétiques
    afin de les sensibiliser à l’importance de la santé buccodentaire
    dans la gestion du diabète.
  • Diffusion : Offrir des moyens efficaces pour distribuer
    des ressources éducatives aux professionnels,
    au public, aux gouvernements, aux médias et à l’industrie.
    Recourir à plusieurs méthodes de diffusion,
    y compris les imprimés et les moyens électroniques, pour faciliter la distribution.
  • Défense des droits : Réduire les inégalités dont est
    victime la communauté des diabétiques touchant
    l’accès aux soins buccodentaires. Déterminer les obstacles
    et concevoir des stratégies et des programmes
    pour répondre aux besoins des diabétiques en matière
    de soins buccodentaires. Travailler de concert avec
    les industries qui ont une influence sur les comportements
    liés à la santé afin de réduire les effets des
    facteurs de risque pouvant être modifiés.
  • Navigation : Identifier les intervenants clés, tels les
    organismes nationaux se préoccupant des soins dentaires
    et du diabète, qui ont un intérêt fondamental
    dans les initiatives touchant la santé buccodentaire
    et le diabète afin de promouvoir cet aspect souvent
    négligé de la gestion du diabète. Obtenir une aide financière
    de sources publiques et privées afin de lancer
    et de maintenir des programmes de promotion de la
    santé, de prévention et de soins primaires.
  • Orientation : Surveiller les indicateurs de santé,
    évaluer régulièrement les données et encourager
    l’application des connaissances afin de présenter
    aux législateurs des recommandations sûres pour
    l’élaboration de politiques en santé.

Tracer la voie à suivre pour l’avenir

Le but principal à atteindre en intégrant les soins buccodentaires
dans la gestion du diabète est d’assurer que tous les
diabétiques reçoivent des soins buccodentaires appropriés.
Une bonne santé buccodentaire a une incidence positive sur
la gestion du diabète. Une façon d’atteindre cet objectif est de
travailler en vue d’un but commun. Des activités conjointes
centrées sur des thèmes communs peuvent mieux utiliser
l’expertise et les ressources pour répondre aux besoins
professionnels et publics. Selon l’OMS, les maladies non
transmissibles, comme le diabète, et la santé buccodentaire
présentent des facteurs de risque reliés au mode de vie, tels le
régime alimentaire et la nutrition9. L’amélioration des résultats
de santé en modifiant ces facteurs de risque communs
reliés au comportement favoriserait la prévention, les soins
primaires et la gestion permanente des maladies non transmissibles.
Les autres facteurs qui exposent les personnes à
des risques sont les obstacles qui ferment l’accès aux soins
primaires, le manque de ressources pour la promotion et
la prévention de la santé, et des ressources éducatives insuffisantes
pour enseigner des compétences en autogestion.
Malheureusement, les maladies non transmissibles sont
souvent négligées dans un contexte global, comme le prouve
l’omission de ces maladies dans les Objectifs du millénaire
pour le développement des Nations Unies11.
L’élaboration de stratégies pour se pencher sur les thèmes
fondamentaux communs au diabète et à la santé buccodentaire
peut conduire à des résultats de santé positifs. Cet
objectif peut être promu à l’aide de 5 éléments clés : l’éducation,
la diffusion, la défense des droits, la navigation et
l’orientation (encadré 1).

Conclusion

Dans son discours prononcé au 20e Congrès mondial du
diabète, le président de la FID, M. Jean Claude Mbanya, a
fait remarquer que l’incidence du diabète augmente dans
tous les pays du monde et qu’aucun n’a réussi à inverser
cette tendance10. Dans le monde, 285 millions de personnes
vivent avec le diabète et 344 millions de plus ont actuellement
une intolérance au glucose. Si cette tendance actuelle
se maintient, le nombre des diabétiques augmentera à 440
millions et le nombre des personnes qui ont une intolérance
au glucose atteindra 472 millions en l’an 2030. Le président
Mbanya a déclaré qu’il convient d’agir à 2 niveaux : premièrement,
assurer que les diabétiques ont un accès convenable
aux soins et à l’éducation, et secondement, prévenir en premier
lieu que les gens deviennent diabétiques en dénonçant
les choix de mode de vie malsains dictés par des forces sociales,
culturelles et mercantiles. D’immenses efforts doivent
être déployés dans la lutte contre le diabète. Du point de vue
de la santé buccodentaire, la lutte ne fait que commencer.
Il s’agit d’une lutte qui en vaut la peine, étant donné que la
plupart des maladies buccodentaires peuvent être évitées, et
quand elles ont lieu, elles peuvent être traitées9.
Le prochain Congrès mondial du diabète aura lieu à
Dubai, dans les Émirats arabes unis, en décembre 2011.
Je prévois que des progrès importants en vue d’intégrer la
santé buccodentaire dans la gestion du diabète seront faits
avant la tenue du congrès. J’espère que le Canada contribuera
à ces progrès en prenant des initiatives en matière
d’éducation, de diffusion, de défense des droits, de navigation
et d’orientation.

L'AUTEUR

Le Dr Gillis est professeur adjoint au Département des sciences cliniques
dentaires à la Faculté de médecine dentaire de l'Université Dalhousie,
à Halifax (Nouvelle-Écosse). Il pratique également en cabinet privé à
Liverpool (Nouvelle-Écosse). Le Dr Gillis est un membre de la Section
consultative de l'éducation à l'égard du diabète de la Fédération internationale
du diabète et du Groupe de travail sur la pharmacie, la podologie,
l'optométrie et les professionnels dentaires du Programme national d'éducation
à l'égard du diabète, représentant la Fédération internationale du
diabète.

Écrire au : Dr Martin Gillis, C.P. 220, 157, rue School, Liverpool (Nouvelle-Écosse)
B0T 1K0.

Les opinions exprimées sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement
les vues et politiques officielles de l'Association dentaire canadienne.

Cet article a été révisé par des pairs.

References

  1. Löe H. Periodontal disease. The sixth complication of diabetes mellitus.
    Diabetes Care. 1993;16(1):329-34.
  2. Al-Shammari KF, Al-Ansari JM, Moussa NM, Ben-Nakhi A, Al-Arouj M,
    Wang HL. Association of periodontal disease severity with diabetes duration
    and diabetic complications in patients with type 1 diabetes mellitus. J Int
    Acad Periodontol.
    2006;8(4):109-14.
  3. Janket SJ, Wightman A, Baird AE, Van Dyke TE, Jones JA. Does periodontal
    treatment improve glycemic control in diabetic patients? A meta-analysis of
    intervention studies. J Dent Res. 2005;84(12):1154-9.
  4. Khader YS, Dauod AS, El-Qaderi SS, Alkafejei A, Batayha WQ. Periodontal
    status of diabetics compared with nondiabetics: a meta-analysis. J Diabetes
    Complications.
    2006;20(1):59-68.
  5. Mealey BL, Rose LF. Diabetes mellitus and inflammatory periodontal diseases.
    Curr Opin Endocrinol Diabetes Obes. 2008;15(2):135-41.
  6. Taylor GW, Borgnakke WS. Periodontal disease: associations with diabetes,
    glycemic control and complications. Oral Dis. 2008;14(3):191-203.
  7. International Diabetes Federation Guidelines Task Force. IDF guideline
    on oralhealth for people with diabetes. Brussels: International Diabetes
    Federation; 2009. Available: http://www.idf.org/idf-guideline-oral-health-people-diabetes

    (accessed 2010 Mar 22).

  8. National Diabetes Education Program. Working together to manage diabetes:
    a guide for pharmacists, podiatrists, optometrists, and dental professionals.
    Atlanta, GA: US Department of Health and Human Services, Public
    Health Service, Centers for Disease Control and Prevention, National Center
    for Chronic Disease Prevention and Health Promotion, 2007. Available:
    http://ndep.nih.gov/publications/OnlineVersion.aspx?NdepId=NDEP-54 (accessed
    2010 Mar 22.
  9. Petersen PE. Priorities for research for oral health in the 21st century—the
    approach of the WHO Global Oral Health Programme. Community Dent
    Health.
    2005;22(2):71-4.
  10. International Diabetes Federation. President of International Diabetes
    Federation calls for concerted action to stop diabetes epidemic. October
    2009. Available: http://www.idf.org/president-international-diabetes-federation-calls-concerted-action-stop-diabetes-epidemic (accessed 2010 Mar 22).
  11. United Nations. Millennium Development Goals. September 2000.
    Available: http://www.un.org/millenniumgoals/bkgd.shtml (accessed 2010 Mar
    22).

Add new comment