Votre portefeuille est-il positionné pour la reprise?

May 7, 2010

D’après la Banque du Canada, l’économie canadienne devrait sortir de la récente récession lentement mais de façon constante en générant une croissance estimative de 2,9 % en 2010 et de 3,5 % en 2011. Qu’est-ce que cela signifie pour vous en tant qu’investisseur?

Voici la leçon tirée de reprises économiques antérieures : plutôt que de réagir aux conjonctures changeantes, votre portefeuille devrait être positionné de sorte à tolérer un éventail de situations boursières et économiques. Il devrait comprendre des placements de 3 catégories d’avoirs (liquidité, revenu et action) dans une proportion qui convient à votre tolérance à l’égard du risque et à la période de temps dont vous disposez pour investir. Cette diversification vous fournira une protection automatique contre les marchés changeants.

Une étude de 91 plans de retraite importants sur une période de 10 ans a révélé que l’affectation de l’actif (92 %) – la combinaison stratégique de placements de fonds liquides, de placements de revenu et de placements en actions – influence davantage la réussite d’un portefeuille que le fait de choisir le moment opportun pour investir (2 %)1.

En tant qu’indicateur économique de pointe, le marché boursier a tendance à devancer l’économie. Le marché chutera bien avant un ralentissement économique et rebondira avant la conjoncture économique. C’est ainsi que, durant le marasme économique de l’an dernier, l’indice composite S&P/TSX a grimpé de 33 % alors que les investisseurs se jetaient sur des actions à prix d’aubaine.

Lorsque les marchés boursiers sont à la hausse, l’une des façons les plus faciles de faire bénéficier votre propre portefeuille des gains des marchés est d’investir dans un fonds indiciel car sa performance correspondra à celle de l’indice qu’il copie. Un fonds indiciel investit dans tous les placements d’un indice boursier (ou un échantillon représentatif de ces placements). Puisque les fonds indiciels sont plus faciles à gérer, leurs honoraires de gestion sont moins élevés. Naturellement, le fait d’économiser sur les honoraires de gestion constitue un aspect important, et ce, quelle que soit la conjoncture
du marché.

Les fonds indiciels sont attrayants lorsque les marchés sont à la hausse, mais ils dégringoleront aussi bas que l’indice dans le cas contraire. Voilà pourquoi les personnes qui disposent d’une longue période pour investir devraient investir dans des placements en actions afin de surmonter tout ralentissement économique. Bien qu’il n’y ait aucune garantie, les antécédents démontrent que les placements en actions ont la plus forte chance de produire des rendements élevés à long terme (c.-à-d. sur une période de 10 ans et plus). En diversifiant votre portefeuille de placement avec des fonds gérés selon différents styles de gestion, notamment des fonds de croissance à gestion active et des fonds de placement à valeur plus conservatrice, cela peut également vous aider à minimiser la volatilité car les gestionnaires de ces types de fonds pourraient être en mesure de maintenir des composantes de liquidités plus importantes quand les marchés sont à la baisse.

Puisque la conjoncture économique peut aussi avoir une incidence sur les taux d’intérêt, un portefeuille équilibré devrait comprendre des placements à revenu fixe et des placements de fonds liquides. Ainsi, au moins une composante de votre portefeuille devrait produire de bons rendements quelle que soit la situation du marché. Bien que les actions aient généré des rendements supérieurs à ceux des obligations en 2009, ce fut l’inverse en 2008. Le cours des obligations va en sens contraire des taux d’intérêt et, généralement, les obligations ont un meilleur rendement durant les périodes de taux d’intérêt à la baisse. De telles périodes peuvent survenir lorsque les conjonctures économiques vacillent et que les gouvernements tentent d’encourager les dépenses de consommation en réduisant les taux d’intérêt.

En termes de sélection d’actif individuelle pour votre portefeuille, songez à inclure des placements à l’étranger en plus des placements nationaux afin d’accroître le potentiel de croissance car d’autres conjonctures économiques sont sur le point de se sortir de la récession mondiale.

Quand les marchés financiers chutent, certains investisseurs préfèrent instinctivement s’en tenir à des placements sûrs. Toutefois, en conservant vos placements actuels, vous serez bien positionné pour obtenir des gains lorsque les marchés remonteront la pente comme dans le cas des marchés d’actions en 2009. Même la plupart des spécialistes en placements ne peuvent prédire exactement quand la relance économique aura lieu après une chute, alors la meilleure stratégie est de continuer à investir et de vous assurer que votre portefeuille est structuré de sorte à surmonter, ainsi qu’à bénéficier, de la conjoncture changeante du marché.

Si vous avez passé l’année 2009 dans les coulisses en matière de placement et que vous décidez d’investir de nouveau dans les marchés, envisagez la stratégie d’achats périodiques par sommes fixes (c.-à-d. petits achats de fonds périodiques). Des études démontrent que grâce à cette stratégie, vous achèterez en moyenne un plus grand nombre d’unités de fonds à un prix moindre que si vous investissiez une somme globale tout d’un coup.

Si vous avez besoin d’aide pour créer un portefeuille de placement diversifié, contactez un planificateur financier au CDSPI Services consultatifs Inc. au 1-877-293-9455, poste 5021. (Des restrictions s’appliquent en matière de services consultatifs dans certaines juridictions.)

L'AUTEUR

Evan Parubets est un conseiller en
planification de placement au CDSPI Services consultatifs Inc.

Le Programme de placement des dentistes du Canada est parrainé par l'ADC et l'ODA et est administré par le CDSPI.

Références

  1. Source : Brinson, Singer, Beebower, Financial Analysts Journal

Add new comment