Les initiatives de l’Université Dalhousie auprès des enfants ayant une fente labiale prennent une ampleur internationale

April 14, 2010

Selon le Dr David Precious, faire du bénévolat à l'étranger lui procure «une orientation qui a une signification». Depuis 1995, le doyen émérite de la médecine dentaire à l'Université Dalhousie se rend chaque année au Vietnam avec une équipe de spécialistes en chirurgie maxillofaciale pour effectuer des interventions chirurgicales sur des enfants ayant une fente labiale et palatine.

«Il s'agit d'une intervention qui change leur vie», explique le Dr Precious. «Du point de vue d'un chirurgien, c'est très motivant de faire une intervention sur un jeune patient qui peut vraiment faire une différence.»

Lors de ces missions à l'étranger, le Dr Precious est souvent accompagné par des collègues de l'Université Dalhousie, les Drs Reginald Goodday, Ben Davis, Archie Morrison, Chad Robertson et Michael Shimizu, un ancien fellow qui fait maintenant partie de la Faculté de médecine dentaire Schulich, à l'Université de Western Ontario. En 2009, un groupe de chirurgiens de l'Université Dalhousie, auquel s'est jointe une équipe de médecins du Japon dirigée par le Dr Takeshi Uchiyama, a effectué plus de 50 interventions sur des fentes labiales et palatines à Ho Chi Minh City et à Vinh Long.

Des missions semblables ont lieu en Tunisie depuis 1999. Plus récemment, le Dr Precious a commencé à enseigner des procédures chirurgicales à des collègues au Brésil et en Inde. Il estime que le groupe de chirurgiens a probablement effectué près de 1000 interventions chirurgicales dans le monde.

Le Dr Precious (au centre) et ses collègues préparent un jeune patient pour une chirurgie.

Même s'il est très fier de ces missions auprès des enfants ayant une fente labiale et palatine, le Dr Precious fait observer que le but paradoxal poursuivi est «de travailler de manière à éliminer le besoin d'y aller». Comme plus de chirurgiens locaux sont formés à chacune des visites, il espère qu'éventuellement les missions au Vietnam et en Tunisie ne seront plus nécessaires.

Lorsque le Dr Precious a entrepris, à la Faculté de médecine dentaire de l'Université Dalhousie, ses missions de bienfaisance à l'étranger, il était déterminé à ce qu'elles ne soient pas simplement des visites aller-retour, à court terme, faites par des cliniciens – ce qu'il est convenu d'appeler des «safaris-chirurgies».

«Très peu de missions sont dûment intégrées avec les autorités sanitaires locales ou comprennent un suivi avec les patients», dit-il. «Vous aurez peu d'influence à long terme sur une communauté si vous n'enseignez pas aux praticiens locaux les techniques que vous exécutez», ajoute le Dr Precious.

À l'instar de nombreux bénévoles, le Dr Precious pense que la camaraderie qu'il développe avec ses compagnons de travail, en particulier les collègues du Japon et de la Tunisie avec qui il a travaillé au Vietnam, est l'un des aspects le plus enrichissants des missions. «Nous apprenons les uns des autres et je me suis fait des amis pour la vie.»

Add new comment