L’importance de l’énergie lumineuse

July 29, 2010
Topics:
restaurations


Dr Richard Price

En 2005, 116 millions de restaurations en résine ont été pratiquées aux États-Unis1. Bien que des données laissent croire que la durée de ces restaurations peut se comparer à celle de l'amalgame2, d'autres études montrent que les restaurations en résine ne durent pas aussi longtemps qu'on pourrait le souhaiter3-7. Selon une étude récente menée en Suède, les restaurations en résine ne durent en moyenne que 6 ans4, et une autre étude récente a révélé des taux de remplacement beaucoup plus élevés pour les restaurations en résine que pour celles en amalgame7. Quelle est alors la raison de cette durée de vie plus courte?

Le succès des restaurations en résine dépend de nombreux facteurs, notamment de la technique utilisée, du contrôle de l'humidité, de la contraction de polymérisation, de la résine utilisée, de la porosité de la résine et d'une polymérisation adéquate. L'utilisation d'une lampe à polymériser qui produit une énergie d'une intensité insuffisante ou d'une longueur d'onde inadéquate donne lieu à une polymérisation inadéquate8,9, et ceci a pour effet de modifier les propriétés physiques de la résine10-16, de réduire la résistance d'adhésion12,13,17, d'accroître l'usure et la fracture marginale14,15 et d'accroître la colonisation bactérienne18. Tous ces effets peuvent ensuite mener à la formation de caries secondaires, principale cause de l'échec des restaurations en résine. De plus, les résines polymérisées inadéquatement sont moins biocompatibles19-23.

Une étude récente portant sur de nouvelles lampes à polymériser a évalué la capacité de 20 professionnels dentaires d'exposer des restaurations simulées à l'énergie nécessaire24. Les résultats montrent que l'énergie fournie a varié considérablement d'un opérateur à l'autre, 27 % et 82 % d'entre eux ayant produit une énergie inférieure à 10 J/cm2, respectivement sur les restaurations de classe I et les restaurations postérieures de classe V. Donc, même en utilisant de nouvelles lampes à polymériser capables de produire l'énergie requise, la technique de l'opérateur fait souvent en sorte que la résine est exposée à une énergie utile insuffisante.

Quatre variables déterminent la durée d'utilisation nécessaire pour obtenir une polymérisation adéquate de la résine.

  1. Conception et condition de la lampe à polymériser. Les dentistes se fient à des radiomètres dentaires portatifs pour tester la puissance de sortie des lampes à polymériser, mais ces appareils sont imprécis et peu fiables25,26. Les dentistes ne disposent donc d'aucun moyen de savoir quelle intensité énergétique a véritablement été produite et ils doivent se fier aux temps de polymérisation recommandés par le fabricant. Cependant, bon nombre de ces recommandations varient en fonction de détails en «petits caractères» (p. ex., teinte, épaisseur de couche, distance entre la source lumineuse et la résine et puissance lumineuse), que le dentiste ne comprend pas toujours parfaitement. De plus, des rapports indiquent que la puissance de sortie des lampes à polymériser utilisées dans de nombreux cabinets dentaires est insuffisante; la polymérisation peut donc être inadéquate même si l'appareil est utilisé pendant la durée recommandée27-31.
  2. Technique utilisée par l'opérateur. Certains dentistes ne produisent que 20 % de l'énergie que d'autres obtiennent avec la même lampe à polymériser, au même endroit, parce qu'ils n'utilisent pas de verres de protection, qu'ils ne stabilisent pas la lampe dans un angle de 90° par rapport à la restauration et qu'ils ne prêtent pas attention durant la polymérisation24. Mais les dentistes ne peuvent augmenter le temps de polymérisation de façon arbitraire pour s'assurer d'obtenir une énergie suffisante, à cause des risques d'élévation de la température durant la photopolymérisation32-36. Les dentistes peuvent avoir une idée de cette élévation de la température en plaçant la lampe sur le revers de leur main pendant la durée recommandée en bouche.
  3. Type de restauration et emplacement. L'énergie produite par une lampe à polymériser pendant une durée d'utilisation égale varie considérablement selon l'emplacement de la restauration. Ainsi, l'énergie sera nettement moindre sur une restauration difficile d'accès que sur une restauration plus accessible24. De plus, si le temps de polymérisation est le même quelle que soit la couche de résine à traiter, la couche de résine au fond d'une boîte proximale de 6 mm de profondeur sera exposée à une énergie nettement moindre que la couche finale.
  4. Variation considérable des besoins énergétiques des résines. Selon la marque de résine et sa teinte, l'intensité énergétique requise peut varier de 6 J/cm2 à 36 J/cm2 pour assurer la polymérisation adéquate d'une couche de 2 mm d'épaisseur37.

Pour bien maîtriser ces 4 variables, les professionnels dentaires ont besoin de renseignements plus précis, plus exacts et plus cohérents sur l'énergie requise et l'énergie réellement produite. L'application de l'énergie nécessaire pour obtenir les propriétés annoncées par le fabricant de la résine devrait accroître la durée de vie de ces restaurations.

Richard B.T. Price, BDS, DDS, MS, PhD, FDS RCS (Edin), FRCD(C), est professeur au Département des sciences cliniques dentaires, Université Dalhousie, Halifax (Nouvelle-Écosse). Courriel : rbprice@dal.ca

Références

  1. American Dental Association. 2005-06 survey of dental services rendered. Chicago (Ill.): ADA; 2007.
  2. Opdam NJ, Bronkhorst EM, Roeters JM, Loomans BA. A retrospective clinical study on longevity of posterior composite and amalgam restorations. Dent Mater. 2007; 23(1):2-8. Epub 2006 Jan 18.
  3. Kovarik RE. Restoration of posterior teeth in clinical practice: evidence base for choosing amalgam versus composite. Dent Clin North Am. 2009;53(1):71-6, ix.
  4. Sunnegårdh-Grönberg K, van Dijken JW, Funegård U, Lindberg A, Nilsson M. Selection of dental materials and longevity of replaced restorations in Public Dental Health clinics in northern Sweden. J Dent 2009;37(9):673-8. Epub 2009 May 4.
  5. Bernardo M, Luis H, Martin MD, Leroux BG, Rue T, Leitão J, et al. Survival and reasons for failure of amalgam versus composite posterior restorations placed in a randomized clinical trial. J Am Dent Assoc. 2007;138(6):775-83.
  6. DeRouen TA, Martin MD, Leroux BG, Townes BD, Woods JS, Leitao J, et al. Neurobehavioral effects of dental amalgam in children: a randomized clinical trial. JAMA. 2006;295(15):1784-92.
  7. Simecek JW, Diefenderfer KE, Cohen ME. An evaluation of replacement rates for posterior resin-based composite and amalgam restorations in U.S. Navy and marine corps recruits. J Am Dent Assoc. 2009;140(2):200-9; quiz 249.
  8. Halvorson RH, Erickson RL, Davidson CL. Energy dependent polymerization of resin-based composite. Dent Mater. 2002;18(6):463-9.
  9. Nomoto R, Asada M, McCabe JF, Hirano S. Light exposure required for optimum conversion of light activated resin systems. Dent Mater. 2006;22(12):1135-42. Epub 2006 Jan 4.
  10. Correr AB, Sinhoreti MA, Correr-Sobrinho L, Tango RN, Schneider LF, Consani S. Effect of the increase of energy density on knoop hardness of dental composites light-cured by conventional QTH, LED and xenon plasma arc. Braz Dent J. 2005;16(3):218-24. Epub 2006 Jan 12.
  11. Lohbauer U, Rahiotis C, Krämer N, Petschelt A, Eliades G. The effect of different light-curing units on fatigue behavior and degree of conversion of a resin composite. Dent Mater. 2005;21(7):608-15.
  12. Xu X, Sandras DA, Burgess JO. Shear bond strength with increasing light-guide distance from dentin. J Esthet Restor Dent. 2006; 8(1):19-27; discussion 28.
  13. Staudt CB, Krejci I, Mavropoulos A. Bracket bond strength dependence on light power density. J Dent. 2006;34(7):498-502. Epub 2006 Jan 18.
  14. Ferracane JL, Mitchem JC, Condon JR, Todd R. Wear and marginal breakdown of composites with various degrees of cure. J Dent Res. 1997;76(8):1508-16.
  15. Vandewalle KS, Ferracane JL, Hilton TJ, Erickson RL, Sakaguchi RL. Effect of energy density on properties and marginal integrity of posterior resin composite restorations. Dent Mater. 2004;20(1):96-106.
  16. Caldas DB, de Almeida JB, Correr-Sobrinho L, Sinhoreti MA, Consani S. Influence of curing tip distance on resin composite Knoop hardness number, using three different light curing units. Oper Dent. 2003;28(3):315-20.
  17. Kim SY, Lee IB, Cho BH, Son HH, Um CM. Curing effectiveness of a light emitting diode on dentin bonding agents. J Biomed Mater Res B Appl Biomater. 2006;77(1):164-70.
  18. Brambilla E, Gagliani M, Ionescu A, Fadini L, Garcia-Godoy F. The influence of light-curing time on the bacterial colonization of resin composite surfaces. Dent Mater. 2009;25(9):1067-72. Epub 2009 Apr 17.
  19. de Souza Costa CA, Hebling J, Hanks CT. Effects of light-curing time on the cytotoxicity of a restorative resin composite applied to an immortalized odontoblast-cell line. Oper Dent. 2003;28(4):365-70.
  20. Franz A, König F, Anglmayer M, Rausch-Fan X, Gille G, Rausch WD, et al. Cytotoxic effects of packable and nonpackable dental composites. Dent Mater. 2003;19(5):382-92.
  21. Knezevic A, Zeljezic D, Kopjar N, Tarle Z. Cytotoxicity of composite materials polymerized with LED curing units. Oper Dent. 2008;33(1):23-30.
  22. Uhl A, Völpel A, Sigusch BW. Influence of heat from light curing units and dental composite polymerization on cells in vitro. J Dent. 2006;34(4):298-306. Epub 2005 Sep 19.
  23. Sigusch BW, Völpel A, Braun I, Uhl A, Jandt KD. Influence of different light curing units on the cytotoxicity of various dental composites. Dent Mater. 2007;23(11):1342-8. Epub 2007 Jan 16.
  24. Price RB, Felix CM, Whalen JM. Factors affecting the energy delivered to simulated Class I and Class V preparations. J Can Dent Assoc. 2010;76:a94.
  25. Leonard DL, Charlton DG, Hilton TJ. Effect of curing-tip diameter on the accuracy of dental radiometers. Oper Dent. 1999;24(1):31-7.
  26. Roberts HW, Vandewalle KS, Berzins DW, Charlton DG. Accuracy of LED and halogen radiometers using different light sources. J Esthet Restor. Dent 2006;18(4):214-22; discussion 223-4.
  27. Barghi N, Fischer DE, Pham T. Revisiting the intensity output of curing lights in private dental offices. Compend Contin Educ Dent. 2007;28(7):380-4; quiz 385-6.
  28. Santos GC Jr, Santos MJ, El-Mowafy O, El-Badrawy W. Intensity of quartz-tungsten-halogen light polymerization units used in dental offices in Brazil. Int J Prosthodont. 2005;18(5):434-5.
  29. El-Mowafy O, El-Badrawy W, Lewis DW, Shokati B, Soliman O, Kermalli J, et al. Efficacy of halogen photopolymerization units in private dental offices in Toronto. J Can Dent Assoc. 2005;71(8):587. Available from: www.cda-adc.ca/jcda/vol-71/issue-8/587.html.
  30. El-Mowafy O, El-Badrawy W, Lewis DW, Shokati B, Kermalli J, Soliman O, et al. Intensity of quartz-tungsten-halogen light-curing units used in private practice in Toronto. J Am Dent Assoc 2005; 136(6):766-73; quiz 806-7.
  31. Ernst CP, Busemann I, Kern T, Willershausen B. Feldtest zur Lichtemissionsleistung von Polymerisationsgeräten in zahnärztlichen Praxen. Deutsche Zahnärztliche Zeitschrift. 2006;61(9):466-71.
  32. Baroudi K, Silikas N, Watts DC. In vitro pulp chamber temperature rise from irradiation and exotherm of flowable composites. Int J Paediatr Dent. 2009;19(1):48-54. Epub 2008 Feb 19.
  33. Santini A, Watterson C, Miletic V. Temperature rise within the pulp chamber during composite resin polymerisation using three different light sources. Open Dent J. 2008;2:137-41.
  34. Guiraldo RD, Consani S, Lympius T, Schneider LF, Sinhoreti MA, Correr-Sobrinho L. Influence of the light curing unit and thickness of residual dentin on generation of heat during composite photoactivation. J Oral Sci. 2008;50(2):137-42.
  35. Durey K, Santini A, Miletic V. Pulp chamber temperature rise during curing of resin-based composites with different light-curing units. Prim Dent Care. 2008;15(1):33-8.
  36. Bagis B, Bagis Y, Ertas E, Ustaomer S. Comparison of the heat generation of light curing units. J Contemp Dent Pract. 2008;9(2):65-72.
  37. Calheiros FC, Kawano Y, Stansbury JW, Braga RR. Influence of radiant exposure on contraction stress, degree of conversion and mechanical properties of resin composites. Dent Mater. 2006;22(9):799-803. Epub 2006 Jan 19.

Add new comment