Facteurs influençant l’énergie appliquée sur des préparations simulées de classes I et V

August 10, 2010

SOMMAIRE

Objectif : Déterminer les effets de l’opérateur, de la lampe à polymériser et de l’emplacement de la préparation, ainsi que toute corrélation entre ces variables, sur la quantité d’énergie lumineuse appliquée sur des préparations de cavité simulées.

Matériel et méthodologie : Dix dentistes et 10 étudiants en médecine dentaire de quatrième année ont photopolymérisé une préparation de classe I sur la dent 26 et une préparation de classe V sur la dent 37 sur un patient simulé (mannequin). Chacun de ces 20 opérateurs a exposé pendant 10 secondes toutes les préparations à chacune des 3 lampes à polymériser DEL (Bluephase G2 à forte puissance et Demi et VALO à puissance normale). Chaque opérateur a aussi utilisé la lampe VALO en mode plasma pendant 2 cycles séquentiels de polymérisation de 3 secondes. Pour chaque combinaison opérateur-lampe à polymériser-préparation, l’éclairement énergétique (mW/cm2) à la base de la préparation a été mesuré, et un logiciel a été utilisé pour calculer la densité d’énergie produite en temps réel. L’analyse statistique a consisté en une analyse de la variance (ANOVA) à 3 critères de classification, ainsi qu’en un test de la plus petite différence significative (PPDS) protégée de Fisher pour les comparaisons par paires a posteriori.

Résultats : L’éclairement énergétique appliqué sur les préparations a varié considérablement d’un opérateur à l’autre, tant sur le plan qualitatif que quantitatif. L’ANOVA à 3 critères n’a révélé aucune différence statistiquement significative entre les dentistes et les étudiants quant à l’énergie produite (= 0,90). En revanche, des différences statistiquement significatives ont été observées entre l’énergie produite par les diverses lampes à polymériser (< 0,001), de même qu’entre les 2 emplacements des préparations (< 0,001). Selon le test PPDS de Fisher pour les comparaisons par paires des moyennes, la lampe VALO utilisée en mode plasma pendant 2 cycles de polymérisation de 3 secondes a produit le plus d’énergie (16,4 ± 3,1 J/cm2) sur la préparation de classe I, mais cette même lampe utilisée pendant 10 secondes en mode standard a produit le moins d’énergie (9,9 ± 2,4 J/cm2) (< 0,001). En ce qui a trait à la préparation de classe V, la lampe VALO en mode plasma utilisée pendant 2 cycles de polymérisation de 3 secondes est celle qui a produit le plus d’énergie (12,5 ± 4,0 J/cm2) alors que la lampe Demi utilisée pendant 10 secondes a produit le moins d’énergie (7,4 ± 2,5 J/cm2).

Conclusions : En milieu clinique simulé, l’énergie appliquée sur la préparation par la lampe à polymériser a varié en fonction de la technique utilisée par l’opérateur, du type de lampe utilisée et de l’emplacement de la préparation.


Pour lire l'article complet (disponible en anglais seulement)

Add new comment