Facteurs de risque génétiques de la maladie cœliaque

August 18, 2011

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt l'article du Dr Rashid et de ses collègues1, qui présente des renseignements fort utiles sur la maladie cœliaque (MC) à l'intention des professionnels de la santé dentaire. Les auteurs mentionnent que la MC est une maladie héréditaire, causée par un mécanisme auto-immun chez les personnes qui y sont génétiquement sensibles1. Ils notent que le dépistage sérologique est recommandé pour toutes les personnes à haut risque, notamment les parents au premier et au deuxième degrés des personnes atteintes de la MC et d'autres affections auto-immunes (p. ex., diabète de type 1, thyroïdite et syndrome de Down)1. Les auteurs mentionnent finalement qu'il existe des tests sérologiques très sensibles et spécifiques pour le dépistage de la MC, les tests actuellement recommandés étant le dosage sérologique des anticorps anti-transglutaminase (TTG) tissulaire de type IgA (immunoglobuline A) et des anticorps anti-endomysium (EMA) de type IgA.1

À mon avis, les auteurs ont omis de mentionner le typage du système HLA (antigènes leucocytaires humains) pour déterminer les facteurs de risque génétiques associés à la MC. En effet, deux molécules HLA – soit HLA-DQ2 et HLA-DQ8 – ont été identifiées comme des facteurs de risque génétiques de la MC2,3. Selon des rapports publiés, de 90 % à 95 % des patients atteints de la MC sont porteurs de l'hétérodimère SD HLA-DQ2, et les 5 % à 10 % qui sont HLA-DQ2-négatifs sont porteurs de l'hétérodimère HLA-DQ83. L'hérédité des allèles HLA spécifiques peut également influencer le phénotype et le pronostic de la maladie3.

Les patients qui présentent une homozygosité pour HLA-DQ2 pourraient être à risque de complications plus graves liées à la MC2,3. La MC est hautement improbable lorsque HLA-DQ2 et HLA-DQ8 sont tous deux absents, ce qui pourrait aider à l'évaluation diagnostique de cette maladie2.

Il convient de souligner que la MC est un trouble polygénique et que des allèles non-HLA contribuent aux polymorphismes génétiques de cette maladie2. De plus, l'application clinique pratique du typage HLA n'a pas encore été parfaitement démontrée et cette technique pourrait surtout être utile pour le dépistage des groupes à haut risque de MC (comme l'ont souligné les auteurs) ou dans les cas où le diagnostic de MC demeure incertain (c.-à-d. changements histologiques non spécifiques révélés par la biopsie)3. À l'heure actuelle, le typage HLA pourrait être considéré comme un test sérologique complémentaire aux tests TTG et EMA standards pour les patients chez qui on soupçonne une MC3.

Je félicite les auteurs pour leur manuscrit instructif sur la MC et j'espère que cette lettre apportera des précisions et des éclaircissements sur les aspects génétiques de la MC auxquels il est fait allusion dans cet article.

Dr Eric Stoopler
Professeur agrégé de médecine buccale
Université de la Pennsylvanie
Philadelphia (Pennsylvanie)

Références

  1. Rashid M, Zarkadas M, Anca A, Limeback H. Oral manifestations of celiac disease: a clinical guide for dentists. J Can Dent Assoc. 2011;77:b39.
  2. Tack GJ, Verbeek WHM, Schreurs MWJ, Mulder CJJ. The spectrum of celiac disease: epidemiology, clinical aspects and treatment. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2010;7(4):204-13.
  3. Cassinotti A, Birindelli S, Clerici M, Trabattoni D, Lazzaroni M, Ardizzone S, et al.. HLA and autoimmune digestive disease: a clinically oriented review for gastroenterologists. Am J Gastroenterol. 2009;104(1):195-217.

 

Réponse d'un des auteurs

Citez comme suit : J Can Dent Assoc. 2011;77:b112_f

Nous remercions le Dr Stoopler pour ses commentaires au sujet de notre article sur la maladie cœliaque (MC)1. Il soulève un point important de la génétique de la MC en mentionnant les 2 marqueurs HLA (HLA-DQ2 et HLA-DQ8) qui ont été identifiés comme des facteurs de risque génétiques de cette maladie.

De multiples facteurs interviennent dans la pathogénie de la MC, notamment des gènes et l'environnement, et il ne fait aucun doute que la génétique joue un rôle important. Presque tous les patients atteints de la MC sont positifs pour HLA-DQ2 ou HLA-DQ8. Cependant, alors qu'environ 30 % de la population nord-américaine est porteuse de l'un de ces antigènes HLA, la MC ne se manifeste que chez un très petit nombre de ces sujets porteurs.2 Par conséquent, la présence de ces marqueurs ne confirme pas la MC, mais leur absence permet de l'exclure presque totalement. En d'autres mots, les tests de dépistage des antigènes HLA-DQ2 ou HLA-DQ8 ont une forte valeur prédictive négative pour la MC.

Contrairement aux tests sérologiques, le typage HLA est cher et n'est pas toujours disponible. On ne peut donc pas le recommander pour l'instant comme test de dépistage de la MC. Des efforts sont faits afin que les tests de dépistage des antigènes HLA-DQ2/DQ8 soient disponibles sur une base commerciale régulière. Il est probable que l'on pourra dans un avenir rapproché commander ce test pour identifier les personnes positives qui sont à risque d'être atteintes de la MC et pour rassurer celles qui sont négatives. Le typage HLA viendra compléter les tests sérologiques dans ces situations cliniques.

Nous aurions peut-être pu écrire davantage sur les aspects génétiques de la MC dans notre article du JADC, mais l'espace était limité. Notre introduction était brève et s'adressait directement au milieu dentaire; nous avons donc mis l'accent sur les lésions de l'émail et les lésions buccales liées à la MC. Il existe toutefois dans la littérature plusieurs bons articles de synthèse sur les facteurs de risque génétiques de la MC.3,4

Dr Mohsin Rashid
Professeur agrégé de pédiatrie et d'enseignement médical
Université Dalhousie
Halifax (N.-É.)

Références

  1. Rashid M, Zarkadas M, Anca A, Limeback H. Oral manifestations of celiac disease: a clinical guide for dentists. J Can Dent Assoc. 2011;77:b39.
  2. Rostom A, Dube C, Cranney A, Saloojee N, Sy R, Garritty C, et al. Celiac disease. Evid Rep Technol Assess (Summ). 2004;(104):1-6.
  3. Freeman HJ, Chopra A, Clandinin MT, Thomson ABR. Recent advances in celiac disease. World J Gastroenterol. 2011;17(18):2259-72.
  4. Rostom A, Murray JA, Kagnoff MK. American Gastroenterological Association (AGA) Institute technical review on the diagnosis and management of celiac disease. Gastroenterology. 2006;131(6):1981-2002.

Add new comment