La santé buccodentaire prise en compte dans les nouvelles directives pour les médecins qui traitent des immigrants et des réfugiés récents

August 5, 2011

La Collaboration canadienne pour la santé des immigrants et des réfugiés a publié récemment des lignes directrices touchant la pratique clinique des médecins de premier recours, directives ayant trait aux problèmes de santé fréquents chez les immigrants et les réfugiés venant d'arriver au Canada.

Plus de 85 experts en santé se sont réunis pour rédiger les lignes directrices qui comprennent une section sur les maladies dentaires. Les principales recommandations relatives à la santé buccodentaire adressées aux médecins sont :

  • Examiner tous les immigrants pour savoir s'ils ont mal aux dents (leur demandant : «Avez-vous des problèmes ou du mal dans la bouche, avec vos dents ou vos prothèses?) Traiter les maux de dents avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et adresser les patients à un dentiste.
  • Examiner tous les enfants et adultes immigrants pour déceler les caries et les maladies buccodentaires évidentes (examiner la bouche à l'aide d'une lampe stylo et d'un abaisse-langue). Adresser les patients ayant des maladies dentaires évidentes à un dentiste ou à un spécialiste en santé buccodentaire.

La Dre Mary McNally, chef de la Division de la dentisterie préventive et de la promotion de la santé buccodentaire à la Faculté de médecine dentaire de l'Université Dalhousie et rédactrice associée du JADC, a dirigé un groupe de chercheurs en santé buccodentaire pour réaliser ce projet.

«Nous avons eu la chance de réunir un groupe fort de chercheurs et d'experts en santé publique de partout au Canada en vue d'effectuer une étude méthodique pour la rédaction des directives dentaires», a déclaré la Dre McNally. «Parce que les médecins et les infirmiers sont généralement les premières personnes-ressources pour les immigrants et les réfugiés nouvellement arrivés et admis dans le système de santé canadien, notre point de mire a été la détection, la prévention et le traitement précoces des problèmes dentaires fréquents qui sont les plus significatifs et les plus utiles pour ce groupe.

«Nous avons été heureux de découvrir des indices suggérant que les médecins sont davantage disposés à faire des examens pour déceler les maladies buccodentaires et que les renvois réels à un dentiste par les médecins rendent plus probable le fait que les gens en consulteront un pour obtenir des soins», a ajouté la Dre McNally.

On a découvert que les immigrants et les réfugiés des pays en développement sont plus à risque d'avoir des maladies dentaires et sont peu exposés aux bienfaits préventifs du fluorure et des soins de restauration. C'est pourquoi, en plus des lignes directrices portant sur les examens, le renvoi à un dentiste et le traitement des maux, on a ajouté des données sérieuses appuyant l'utilisation d'un dentifrice fluoruré deux fois par jour et l'application d'un vernis au fluorure.

Les lignes directrices couvrent 102 pages et sont publiées dans le JAMC à :
www.cmaj.ca/content/early/2011/07/25/cmaj.090313.

Un sommaire détaillé de l'étude sur les données touchant les maladies dentaires est offert à :
www.cmaj.ca/content/suppl/2010/06/07/cmaj.090313.DC1/imm-dental-16-at.pdf

Add new comment