Prothèses dentaires fixes en zircone retenues par inlay : Protocoles modifiés permettant un scellement entièrement adhésif

July 4, 2011

Sommaire

Il existe à l'heure actuelle de nombreuses options pour le remplacement d'une dent unique : les prothèses dentaires fixes (PDF) céramo-métalliques, tout-céramique ou en composite direct ou indirect renforcé de fibres ou les implants. Les PDF - inlay peuvent être particulièrement indiquées lorsque des dents adjacentes ont été restaurées et que la mise en place d'un implant est impossible ou n'est pas indiquée. Dans de tels cas, les PDF céramo-métalliques et en composite renforcé de fibres présentent certains inconvénients. Nous décrivons dans cet article l'utilisation de PDF tout-céramique - inlay avec structures de zircone recouvertes par technique de pressée.

Introduction

Un certain nombre de techniques utilisant divers matériaux peuvent être appliquées pour remplacer une dent absente dans la région postérieure de la bouche. Lorsque le patient refuse le traitement sur implant, avec ou sans chirurgie reconstructive préalable1, et que les dents-piliers ont déjà été restaurées, des procédures peu invasives basées sur une technique de collage par adhésif peuvent offrir une solution de rechange aux prothèses dentaires fixes (PDF) classiques qui requièrent une plus grande préparation des dents2. La présence d'obturations peut réduire au minimum le besoin de réduire la dent et favoriser la rétention de la PDF - inlay, et offrir ainsi une option de traitement plus conservatrice qu'une PDF céramo-métallique retenue par des couronnes complètes céramo-métalliques3. Cette solution favorise également la conservation d'une plus grande quantité de la structure saine de la dent4 et facilite l'évaluation parodontale5.

Bien que les PDF céramo-métalliques retenues par des couronnes complètes céramo-métalliques soient toujours considérées comme la référence pour le remplacement des dents, ces prothèses présentent certains inconvénients : probabilité de rétention réduite, pigmentation des tissus mous connexes et aspect opaque à sombre dans la zone cervicale des dents-piliers6. Des matériaux non métalliques d'une teinte harmonisée à celle des dents ont été proposés, mais les céramiques pressées haute résistance peuvent se désceller7,8 et présentent une résistance insuffisante aux fractures9. Quant aux composites renforcés de fibres, ils peuvent causer une exposition des fibres10; il peut aussi y avoir délaminage et formation de microfissures dans le composite de recouvrement.11,12

Les propriétés mécaniques de la zircone polycristalline quadratique à base d'oxyde d'yttrium (yttria tetragonal zirconia polycrystal; Y-TZP), en particulier celles liées à sa résistance, pourraient prévenir les défaillances associées aux autres matériaux non métalliques. La zircone ne peut toutefois pas être mordancée avec les matériaux habituellement utilisés, comme l'acide fluorhydrique14, et son adhérence à la structure de la dent pose toujours problème à cause de sa structure cristalline quadratique monophasée.

Cet article a pour but de décrire les procédures cliniques pour la mise en place d'une PDF - inlay fabriquée d'une armature en Y-TZP recouverte d'une céramique pressée et entièrement scellée par adhésif.

Indications et contre-indications

Les PDF - inlay sont indiquées pour les patients qui ont une bonne hygiène buccodentaire et une faible sensibilité à la carie et chez qui la dent a une hauteur coronaire d'au moins 5 mm, les piliers sont parallèles et l'espace édenté mésiodistal est d'au plus 12 mm (ill. 1). Les contre-indications incluent d'importantes parafonctions, l'absence d'émail au niveau des marges de la préparation, des défauts coronaires étendus et la mobilité d'une dent-pilier.

Préparation

Voici les indications à suivre pour la préparation de la cavité en vue de la mise en place d'une PDF en zircone sur inlay :

  • profondeur occlusale : 2,5 mm (du fond de l'isthme au sillon central)
  • largeur intercuspidienne vestibulo-palatine/linguale de l'isthme : 3 mm
  • profondeur de la boîte proximale : 2 mm (épaulement à angle interne arrondi)
  • largeur vestibulaire buccale : maximum de 4,5 mm (armature de zircone : 3 mm; recouvrement de céramique : 0,5 à 0,6 mm de chaque côté)
  • dimensions minimales des connecteurs : 3 × 3 mm
  • inclusion des cuspides dans la préparation lorsque la dent-pilier présente un large défaut bucco-oral (> 50 %) ou est dévitalisée
  • angle de divergence de la cavité : environ 6° (ill. 2)

 


Ill. 1 : Conditions de base d'un cas représentatif où une PDF - inlay était indiquée pour la restauration d'une dent absente. À remarquer l'os interdentaire insuffisant.


Ill. 2 : Vue occlusale des cavités pratiquées dans les dents-piliers entourées d'une digue. La méthode conservatrice nécessite le respect des directives de préparation des cavités.

 

Options pour la conception de l'armature

Après la prise de l'empreinte et la coulée du modèle en gypse ou en résine époxy, 2 options s'offrent pour la fabrication de l'armature en zircone, selon la profondeur de la cavité préparée :

  • Profondeur de la cavité de 2,5 à 3,3 mm : L'armature en zircone prend appui sur le plancher de la cavité et sa circonférence est réduite, ce qui laisse de l'espace pour l'application de vitrocéramique mordançable sur les marges (ill. 3a et 3b).
  • Profondeur de la cavité > 3,3 mm : L'armature en zircone est entourée de céramique surpressée (ill. 3c et 3d); toutes les surfaces internes du reteneur sont donc recouvertes de vitrocéramique mordançable.

 


Ill. 3a : Structure de zircone après l'usinage.


Ill. 3b : Recouvrement de céramique pressée sur l'armature de zircone avant le glaçage.

 


Ill. 3c : Armature de zircone sur inlay recouverte de céramique de pressée. À remarquer que toutes les marges peuvent être mordancées par l'acide fluorhydrique.


Ill. 3d : PDF - inlay finie sur le modèle en résine époxy.

 

Procédures de scellement

Conditionnement de la PDF

Les surfaces de céramique sont mordancées avec de l'acide fluorhydrique à 9,6 % pendant 60 secondes, puis elles sont rincées pendant 60 secondes et asséchées. Les surfaces de céramique sont traitées avec un agent de couplage à base de silane pendant 5 minutes à 60 °C, puis une couche unique d'adhésif est appliquée et son épaisseur est contrôlée à l'air.

Conditionnement de la cavité

Les surfaces amélaire et dentinaire sont ensuite mordancées avec de l'acide phosphorique à 35 %, respectivement pendant 30 secondes et 15 secondes. Le gel de mordançage est éliminé en rinçant la cavité pendant 20 secondes avec un atomiseur air-eau, et l'apprêt du système adhésif utilisé pour la PDF est appliqué pendant 20 secondes puis on le laisse évaporer doucement. L'adhésif est appliqué avec une microbrosse, mais il n'est pas polymérisé.

Mise en place

Une couche de 2 mm du composite de restauration, préalablement chauffé à 60 °C, est appliquée dans la cavité à l'aide d'une spatule. L'excédent de composite est retiré, puis le matériau est polymérisé sur chaque côté (ill. 4). L'excédent du matériau de scellement est retiré avec un détartreur et les contours sont finis avec des pointes à polir pour composite. L'illustration 5 montre la PDF au moment de la visite de suivi après 3 ans.

 


Ill. 4 : PDF - inlay après le scellement.


Ill. 5 : Vue linguale de la PDF - inlay après 3 ans.

 

Discussion

Les PDF - inlay devraient être envisagées lorsque les implants ne sont pas indiqués ou qu'ils sont jugés trop chers, d'autant que les problèmes de péri-implantite et de perte osseuse marginale autour des implants, qui se posent en dentisterie sur implant, n'ont pas été totalement résolus15. Les PDF - inlay pourraient être considérées comme une solution de rechange conservatrice à une PDF retenue par des couronnes complètes. Bien que la rétention macromécanique puisse conférer aux PDF retenues par des couronnes complètes une longue durée de vie, diverses complications biologiques (p. ex., formation de caries autour des restaurations, dévitalisation ou problèmes parodontaux) sont souvent observées2. Si la surface des dents-piliers adjacente à la dent absente a été obturée, les PDF - inlay devraient être envisagées, car ces prothèses ne requièrent que l'élimination d'une partie minimale de la structure de la dent au-delà de l'obturation déjà existente. Les techniques décrites dans cet article pourraient pallier le problème du descellement des PDF céramo-métalliques - inlay16 ou des PDF en composite indirect renforcé de fibres17. Même si les PDF en composite direct renforcé de fibres ne semblent pas poser de problèmes de descellement18, leur fabrication est plus difficile sur le plan technique. Les céramiques ont l'avantage d'offrir une bonne aptitude au polissage et une bonne harmonisation des teintes. De plus, en cas de fracture, elles peuvent être réparées de façon durable par voie intrabuccale19,20.

Conclusion

Les PDF - inlay peuvent être utilisées pour le remplacement d'une dent unique lorsque la mise en place d'un implant est impossible ou n'est pas indiquée. Ce type de prothèses peut éviter la perte de tissu osseux durant la mise en place de l'implant et la perte dento-tissulaire durant la préparation des dents-piliers en vue de la mise en place d'une PDF retenue par des couronnes complètes. Enfin, l'utilisation d'une céramique de pressée au niveau du contour marginal ou complet du reteneur, qui permet l'utilisation d'un collage par adhésif, peut augmenter la stabilité à long terme de ces restaurations.

LES AUTEURS

Le Dr Monaco est chercheur au Département des sciences buccodentaires, Division de prosthodontie et de réhabilitation maxillofaciale, Université de Bologne, Bologne, Italie.

Le Dr Cardelli collabore à la recherche au Département des sciences buccodentaires, Division de prosthodontie et de réhabilitation maxillofaciale, Université de Bologne, Bologne, Italie.

La Dre Özcan est chef de l'unité des matériaux dentaires, Clinique de prosthodontie fixe et amovible et des matériaux dentaires, Université de Zurich, Centre de médecine buccodentaire, Zurich, Suisse.

Écrire au : Dr Carlo Monaco, Université de Bologne, Département des sciences buccodentaires, Division de prosthodontie et de réhabilitation maxillofaciale, via S. Vitale, 59, 40125 Bologne, Italie. Courriel: carlo.monaco2@unibo.it

Les auteurs n'ont aucun intérêt financier déclaré.

Cet article a été révisé par des pairs.

Références

  1. Misch CE, Misch-Dietsh F, Silc J, Barboza E, Cianciola LJ, Kazor C. Posterior implant single-tooth replacement and status of adjacent teeth during a 10-year period: a retrospective report. J Periodontol. 2008;79(12):2378-82.
  2. Sailer I, Pjetursson BE, Zwahlen M, Hammerle CH. A systematic review of the survival and complication rates of all-ceramic and metal–ceramic reconstructions after an observation period of at least 3 years. Part II: fixed dental prostheses. Clin Oral Implants Res. 2007;18(Suppl. 3):86-96.
  3. Edelhoff D, Spiekermann H, Yildirim M. Metal-free inlay-retained fixed partial dentures. Quintessence Int. 2001;32(4):269-81.
  4. Edelhoff D, Sorensen JA. Tooth structure removal associated with various preparation designs for posterior teeth. Int J Periodontics Restorative Dent. 2002;22(3):241-9.
  5. Freilich MA, Niekrash CE, Katz RV, Simonsen RJ. Periodontal effects of fixed partial denture retainer margins: configuration and location. J Prosthet Dent. 1992;67(2):184-90.
  6. Tan K, Pjetursson BE, Lang NP, Chan ES. A systematic review of the survival and complication rates of fixed partial dentures (FPDs) after an observation period of at least 5 years. Clin Oral Implants Res. 2004;15(6):654-66.
  7. Sorensen JA, Cruz M, Mito WT, Raffeiner O, Meredith HR, Foser HP. A clinical investigation on three-unit fixed partial dentures fabricated with lithium disilicate glass-ceramic. Pract Periodontics Aesthet Dent. 1999;11(1):95-106.
  8. Wolfart S, Bohlsen F, Wegner SM, Kern M. A preliminary prospective evaluation of all-ceramic crown-retained and inlay-retained fixed partial dentures. Int J Prosthodont. 2005;18(6):497-505.
  9. Kiliçarslan MA, Kedici PS, Küçükeşmen HC, Uludağ BC. In vitro fracture resistance of posterior metal–ceramic and all-ceramic inlay-retained resin-bonded fixed partial dentures. J Prosthet Dent. 2004;92(4):365-70.
  10. Göhring TN, Roos M. Inlay-fixed partial dentures adhesively retained and reinforced by glass fibers: clinical and scanning electron microscopy analysis after five years. Eur J Oral Sci. 2005;113(1):60-9.
  11. Monaco C, Ferrari M, Caldari M, Baldissara P, Scotti R. Comparison of 2 bonding systems and survival of fiber-reinforced composite inlay fixed partial dentures. J Prosthodont. 2006;19(6):577-85.
  12. Monaco C, Krejci I, Bortolotto T, Perakis N, Ferrari M, Scotti R. Marginal adaptation of 1 fiber-reinforced composite and 2 all-ceramic inlay fixed partial denture systems. Int J Prosthodont. 2006;19(4):373-82.
  13. Ohlmann B, Rammelsberg P, Schmitter M, Schwarz S, Gabbert O. All-ceramic inlay-retained fixed partial dentures: preliminary results from a clinical study. J Dent. 2008;36(9):692-6. Epub 2008 Jun 11.
  14. Denry I, Kelly JR. State of the art of zirconia for dental applications. Dent Mater. 2008;24(3):299-307. Epub 2007 Jul 19.
  15. Meffert RM. Periodontitis and periimplantitis: one and the same? Pract Periodontics Aesthet Dent. 1993;5(9):79-80, 82.
  16. Creugers NH, Käyser AF, Van't Hof MA. A seven-and-a-half-year survival study of resin-bonded bridges. J Dent Res. 1992;71(11):1822-5.
  17. van Heumen CC, van Dijken JW, Tanner J, Pikaar R, Lassila LV, Creugers NH, et al. Five-year survival of 3-unit fiber-reinforced composite fixed partial dentures in the anterior area. Dent Mater. 2009;25(6):820-7. Epub 2009 Mar 31.
  18. Özcan M. Direct, inlay-retained, fiber-reinforced-composite restorations with two pontics: 5-year clinical follow-up. J Dent Res. 2008;87(Special Issue B):Abstract 1605.
  19. Özcan M, Niedermeier W. Clinical study on the reasons for and location of failures of metal–ceramic restorations and survival of repairs. Int J Prosthodont. 2002;15(3):299-302.
  20. Bagis B, Ustaomer S, Lassila LV, Vallittu PK. Provisional repair of a zirconia fixed partial denture with fibre-reinforced restorative composite: a clinical report. J Can Dent Assoc. 2009:75(2);133-7.

Add new comment