Matériaux de restauration dentaire et développement physique des enfants

October 12, 2012
Topics:
enfants

Selon une étude récente1 parue dans le Journal of Dental Research, les composites dentaires à base de résine n’entravent pas la croissance des enfants. Cette étude a examiné si les traitements avec des composites, par opposition à des amalgames, causaient des changements importants de l’adiposité et de l’indice de masse corporelle et un grandissement accéléré. Les auteurs ont postulé que ces composites pouvaient affecter la croissance et le développement à cause des monomères (tel le bis-GMA) qu’ils contiennent et qui peuvent avoir des effets sur le système endocrinien.

Les chercheurs ont assigné aléatoirement un plan de restauration en amalgame ou en composite à base de résine pour les dents postérieures de 474 enfants (218 garçons et 256 filles) de 6 à 10 ans. Ils ont ensuite suivi leur croissance sur 5 ans. Les résultats, fondés sur une analyse statistique des données recueillies, ne montrent aucune association entre le matériel de restauration et des changements de la croissance.

« Cette étude fournit les meilleures données longitudinales à ce jour sur la croissance et le développement des enfants ayant eu une restauration en composite, a déclaré le Dr Michael Casas, professeur agrégé au Département de dentisterie pédiatrique de l’Université de Toronto et directeur à l’Institut de recherche de l’Hôpital pour enfants de Toronto. Les résultats dissipent certaines inquiétudes sur l’innocuité des restaurations en composite chez les enfants puisque les chercheurs n’ont relevé aucune association entre ce type de restauration et des changements de la croissance. »

Toutefois, l’analyse exploratoire des données portant sur l’âge de la ménarche a fait ressortir que les jeunes filles traitées avec des composites étaient moins susceptibles d’avoir eu leurs premières règles durant la période de l’étude, par comparaison aux jeunes filles ayant un amalgame (48 % contre 67 %), mais elle n’a révélé aucune différence d’âge moyen de la ménarche chez les filles ayant eu leurs premières menstruations pendant la période de l’étude. « Puisque l’étude a montré que les jeunes filles ayant eu une restauration en composite sont moins susceptibles d’avoir eu leurs premières règles durant la période étudiée, les préoccupations entourant l’influence éventuelle des composites se recentrent maintenant sur le développement sexuel », a-t-il précisé.

Les auteurs de l’étude demandent d’approfondir les recherches sur l’innocuité des matériaux dentaires en composite à base de résine. Le Dr Casas abonde dans le même sens : « Cette étude vise des matériaux de restauration qui ont été en grande partie remplacés par de nouvelles préparations dont les risques éventuels n’ont pas été évalués. Il faut mener d’autres recherches longitudinales de ce type, pour les nouveaux matériaux, sur un échantillon élargi afin de cerner les risques pour les enfants. »

Référence

  1. Maserejian NN, Hauser R, Tavares M, Trachtenberg FL, Shrader P, McKinlay S. Dental composites and amalgam and physical development in children. J Dent     Res. 2012; Sep 12. [Epub; version imprimée à paraître]

Add new comment