La santé parodontale n’est pas encore la solution à la prématurité

April 10, 2012

Voir le courrier touchant cet article.

Malgré les progrès réalisés dans la prestation des soins médicaux au Canada, le taux de prématurité et la prévalence d'enfants de faible poids à la naissance demeurent relativement inchangés dans ce pays depuis des décennies1.La prématurité est responsable de presque toutes les lésions chez les bébés – comme les cas de mort apparente du nouveau-né et d'infirmité motrice cérébrale – et tous les cas de mortalité néonatale1,2. La prise en charge de ces personnes requiert l'investissement de sommes considérables, depuis la vie néonatale jusqu'aux soins en fin de vie.

Nous ne disposons à l'heure actuelle que d'un nombre limité de stratégies pour retarder l'accouchement chez les femmes menacées d'accouchement prématuré – ces stratégies reposent souvent sur l'utilisation d'anti-inflammatoires et d'antibiotiques, mais sans grand résultat. On considère depuis longtemps qu'un processus inflammatoire serait le dénominateur commun de la prématurité et du faible poids à la naissance, et de nombreux travaux ont été menés pour tenter de cibler et de traiter cette cause sous-jacente. La littérature dentaire a établi un lien entre des maladies systémiques et la santé parodontale3, dans l'espoir que ceci fournirait aux obstétriciens de nouveaux outils pour prévenir les effets dévastateurs de la prématurité. Alors pourquoi n'observe-t-on pas de progrès, lorsque des études4-9 montrent des liens positifs entre, d'une part, la santé parodontale et, d'autre part, la gravité de la prématurité et du faible poids à la naissance et les résultats des traitements?

Notre clinique, aménagée dans le service de consultations externes de l'Hôpital des femmes du Centre des sciences de la santé de Winnipeg (Manitoba), a récemment mené une étude pour déterminer s'il existait chez nos patientes un lien entre le faible poids à la naissance, la prématurité et la santé parodontale. Durant les phases de planification de notre étude, nous cherchions un marqueur clinique objectif qui nous permettrait d'identifier les patientes atteintes de maladies parodontales. Comme une évaluation parodontale complète requiert en général plus d'une heure, un tel examen ne constituait pas une solution pratique pour les cabinets d'obstétriciens. La technique PSR (dépistage et notation en parodontie) nous semblait donc le meilleur outil pour l'évaluation clinique de la santé parodontale. Cette technique de dépistage relativement rapide, reproductible et fiable devait nous permettre de prévoir le risque de maladie en nous basant sur la profondeur de la poche parodontale, la facilité de saignement et la présence de tartre10-12.

Nous avons été surpris de constater qu'une bonne santé buccodentaire chez les femmes recrutées pour notre étude (n = 231) n'avait pas été associée à des résultats obstétriques favorables. De fait, le taux de prématurité a été plus élevé chez les patientes sans parodontite (11 %) que chez celles qui en étaient atteintes (8,9 %), et l'incidence d'enfants de faible poids à la naissance a été faible dans les deux groupes, s'établissant respectivement à 5,6 % et 5,9 %. Fait encore plus étonnant, la prévalence de la parodontite dans notre population a été de 53 %, soit un taux comparable à celui observé dans d'autres groupes de patientes en obstétrique13. Avec une prévalence aussi élevée de parodontite, comment se fait-il que nous n'ayons pu établir de lien entre la parodontite et la prématurité ou le faible poids à la naissance?

Après mûre réflexion, nous en sommes venus à la conclusion que la technique PSR ne traduisait peut-être pas fidèlement la maladie parodontale, car cette technique omet des éléments potentiellement essentiels de l'activité de la maladie (phases de quiescence, de transition ou d'évolution) et qu'elle ne tient pas compte de l'hypertrophie gingivale normale qui est observée durant la grossesse. À notre avis, la technique PSR ne permet pas de faire une évaluation clinique de cette physiologie complexe13-15. Malgré ces lacunes, des lignes directrices ont été publiées sur l'hygiène buccodentaire et l'évaluation buccodentaire durant la grossesse, et ces lignes directrices pourraient redéfinir la norme de soins en obstétrique pour les fournisseurs de soins, sans procurer de réels avantages sur le plan des résultats obtenus16. Les médecins ont besoin d'outils cliniques plus fiables et reproductibles qu'ils pourront utiliser pour dépister les maladies parodontales chez leurs patientes et diriger celles à haut risque vers les ressources compétentes.

En l'absence d'un marqueur clinique précis et vraiment fiable, nous demandons aux parodontistes de mieux définir l'examen de dépistage et de proposer un examen uniforme qui tienne compte des différents stades de l'activité de la maladie pour diagnostiquer la parodontite durant la grossesse. Les fournisseurs de soins, les patientes et l'ensemble du réseau de la santé ont besoin de tels outils.

L'AUTEURE

La Dre Fahey est obstétricienne-gynécologue suppléante dans le sud-est de l'Alberta. Elle a complété sa résidence en obstétrique et en gynécologie à l'Université du Manitoba, Winnipeg (Manitoba).

Remerciements : Les fonds nécessaires à la conduite de cette étude non publiée ont été fournis par le Département d'obstétrique, de gynécologie et des sciences de la reproduction et la Faculté de médecine dentaire de l'Université du Manitoba, ainsi que par l'Office régional de la santé de Winnipeg.

Le Dr Fahey tient à remercier l'équipe de recherche, notamment le Dr Robert Schroth, Pattie Moore, Linda Pharand, Eleonore Kliewer, la Dre Anastasia Cholakis et le Dr Savas Menticoglou.

Écrire à la : Dre Meriah Fahey, 4e étage de la tour nord, 1403, 29e rue SE, Calgary (Alberta)  T3H 2T9. Courriel : doctor.fahey@gmail.com

Références

  1. Santé Canada. Les indicateurs de la santé périnatale au Canada. Rapport sur la santé périnatale au Canada - 2003. Disponible à: http://www.phac-aspc.gc.ca/rhs-ssg/phic-ispc/index-fra.php (consulté le 7 mars 2012).
  2. Joseph KS, Kramer MS, Marcoux S, Ohlsson A, Wen SW, Allen A, et al. Determinants of preterm birth rates in Canada from 1981 through 1983 and from 1992 through 1994. N Engl J Med. 1998;339(20):1434-9.
  3. Kim J, Amar S. Periodontal disease and systemic conditions: a bidirectional relationship. Odontology. 2006;94(1):10-21.
  4. Dortbudak O, Eberhardt R, Ulm M, Persson GR. Periodontitis, a marker of risk in pregnancy for preterm birth. J Clin Periodontol. 2005;32(1):45-52.
  5. Khader Y, Ta'ani Q. Periodontal diseases and the risk of preterm birth and low birth weight: a meta-analysis. J Periodontol. 2005;76(2):161-5.
  6. Vergnes JN, Sixou M. Preterm low birth weight and maternal periodontal status: a meta-analysis. Am J Obstet Gynecol. 2007;196(2):135.e1-7.
  7. Polyzos NP, Polyzos IP, Mauri D, Tzioras S, Tsappi M, Cortinovis I, et al. Effect of periodontal disease treatment during pregnancy on preterm birth incidence: a meta-analysis of randomized trials. Am J Obstet Gynecol. 2009;200(3):225-32.
  8. Xiong X, Buekens P, Vastardis S, Yu S. Periodontal disease and pregnancy outcomes: state-of-the-science. Obstet Gynecol Surv. 2007;62(9):605-15.
  9. Wimmer G, Pihlstrom BL. A critical assessment of adverse pregnancy outcome and periodontal disease. J Clin Periodontol. 2008;35(8 Suppl):380-97.
  10. Landry RG, Jean M. Periodontal Screening and Recording (PSR) Index: precursors, utility and limitations in a clinical setting. Int Dent J. 2002;52(1):35-40.
  11. Khocht A, Zohn H, Deasy M, Chang KM. Assessment of periodontal status with PSR and traditional clinical periodontal examination. J Am Dent Assoc. 1995;126(12):1658-65.
  12. Periodontal screening and recording training program kit. Chicago: American Dental Association and American Academy of Periodontics; 1992.
  13. Boggess KA. Maternal oral health in pregnancy. Obstet Gynecol. 2008;111(4):976-86.
  14. Dellinger TM and Livingston HM. Pregnancy: physiologic changes and considerations for dental patients. Dent Clin North Am. 2006;50(4):677-97, ix.
  15. Silk H, Douglass AB, Douglass JM, Silk L. Oral health during pregnancy. Am Fam Physician. 2008;77(8):1139-44.
  16. Oral health care during pregnancy and early childhood: practice guidelines. New York State Department of Heath, 2006. Available: http://www.health.ny.gov/publications/0824.pdf (consulté le 7 mars 2012).

Add new comment