L’ADC se prononce devant un comité fédéral au sujet du manque de dentistes

June 27, 2012

En mai, le Dr Robert Sutherland, président de l’ADC, et le Dr Euan Swan, chef des programmes dentaires de l’ADC, ont pris la parole devant un comité du gouvernement fédéral chargé d’étudier la possible pénurie de dentistes au Canada. L’ADC a été invitée à s’exprimer devant le Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, de concert avec des représentants d’autres associations professionnelles de la santé.

« Il n’y a pas de pénurie de dentistes au Canada », a expliqué le Dr Sutherland. Il a insisté pour dire qu’en revanche, l’accessibilité aux soins et l’écart entre les milieux urbain et rural constituent une source de préoccupation croissante. En effet, des statistiques de l’Institut canadien d’information sur la santé montrent que 21 % des Canadiens habitent en milieu rural, alors que seulement 11 % des dentistes y travaillent. En conséquence, l’accroissement du nombre total de dentistes au Canada ne constituerait pas une solution convenable, à moins que davantage de dentistes n’exercent en milieu rural ou éloigné.

Le Dr Sutherland a mis en valeur quelques initiatives menées par des associations dentaires provinciales pour tenter de résoudre ce problème, notamment la clinique dentaire motorisée de l’Association et Collège dentaires de l’Alberta qui sillonne toute la province pour prodiguer des soins dans des régions rurales qui en sont privées. Il a aussi porté à l’attention du comité le programme de l’Association dentaire de l’Ontario grâce auquel des dentistes suppléants offrent des soins aux collectivités éloignées du Nord de la province. Le Dr Sutherland a par ailleurs abordé la possibilité d’offrir des incitatifs pour encourager les dentistes à exercer temporairement en milieu rural et éloigné.

Le Dr Swan a aussi fait mention des programmes actuels dans les écoles de médecine dentaire au Canada qui réservent des places pour des candidats des Premières Nations. L’ADC a également fait ressortir qu’en plus du problème d’accès aux soins, la prévention demeure une grande préoccupation pour la profession. Vu que la majorité des troubles de santé buccodentaire sont évitables, il faut renseigner les Canadiens sur les façons de s’y prendre pour rester en santé – peu importe leur lieu de résidence.

L’ADC est heureuse que les dentistes aient eu l’occasion de participer à la discussion et de faire part de leurs préoccupations entourant cet important enjeu national.

Add new comment